English
post-it-member post-it-club-finder post-it-coaching
 Dernière nouvelle  Recent News Headlines

11 Jul 2017 - Profil d'Athlètes JDLF Chris Robertson

Chris Robertson: avoir quelque chose à viser

 

 

 

Mots de Grace Annear

 

 

 

Il y a des années, le décathlète Chris Robertson est venu à un cheveu représenter le Canada, mais le jour de la qualification, le doute lui-même l'a empêché de réussir. Maintenant, en 2017, il a finalement eu l'opportunité de se mesurer sur la scène internationale.

 

 

 

Comme beaucoup de Néo-Brunswickois, l'aventure sportive de Chris a commencé sur une paire de patin. Au lycée, un entraîneur a souligné que, si Chris essayait de suivre, il pouvait se qualifier pour l'équipe de la Légion et rivaliser à travers le pays. Immédiatement, Chris a voulu donner du sport. En plaisantant, il dit: «Je me suis demander: quels sont les événements où je peux facilement faire l'équipe? Quels sont les événements que personne ne veut faire?

 

 

 

Alors, Chris a pris un disque et a découvert qu'il pourrait le jeter assez loin. Il a essayé de de faire les haies, et encore une fois, il s'est rendu compte qu'il pourrait courir assez rapidement. Non seulement il s'est qualifié pour Legions, mais il a également découvert un amour du sport. Quand il venu le  temps de choisir entre le hockey et la piste, la transition vers l'athlétisme est venue facilement.

 

 

 

Enchevêtré par l'esprit d'équipe et le campus magnifique, Chris s'est inscrit à Western University. Dans sa première année, son athlétisme tout entier l'a préparé pour le décathlon. Cet été, il a mis l'accent sur la qualification pour l'équipe nationale junior - l'équipe s'est dirigée vers un championnat panaméricain.

 

 

 

Cet été, il a atteint les points de qualification, mais au cours du championnat canadien , il est tombé en retard dans les premiers événements. La compétition est venu à l'épreuve finale, la course 1500m. À ce moment-là, Chris avait effectivement renoncé mentalement à sa course et a continué à persévérer . Lorsqu'il a franchi la ligne d'arrivée, le total des points a révélé qu'il avait terminé troisième en général - juste un point qui ne faisait pas l'équipe. Il s'est éloigné de la piste, déçu et abattu, en pensant: "Maintenant, j’ai quelque chose à atteindre".

 

 

 

Chris a poursuivi sa carrière d'athlète universitaire réussie. En terminant un baccalauréat en kinésiologie, il est devenu capitaine d'équipe à l'Université Western, menant son équipe à plusieurs championnats canadiens de sport interuniversitaire. "J'ai toujours oublié le moi-même", dit-il, "Parfois, à mon propre détriment de performance. Je me souciais toujours plus de mes coéquipiers, mes amis. J'ai adoré chaque minute de formation et j'ai été en concurrence avec eux. "

 

 

 

Tout au long de l'université, il n'a jamais cessé de regretter ce championnat national junior. Il s'est demandé ce qui aurait pu arriver s'il avait été plus dur, s'il avait vraiment donné à la course son meilleur.

 

 

 

Au cours de l'été 2016, l'occasion de se faire éprouver lui-même est de nouveau - cette fois, sous la forme des Jeux francophones mondiale. Il venait de retourner au Nouveau-Brunswick, ou tout a commencé  dans les  installations de Moncton, tout ce qu'il avait besoin pour marquer 6800 points et gagner sa place.

 

 

 

"C'était merveilleux", dit-il sur sa base NB. "Les installations, les gymnases, les pistes, les ressources - J'avais tout ce dont j'avais besoin pour m'entraîner à ma meilleure".

 

 

 

Plus que cela, cependant, les entraîneurs du Nouveau-Brunswick ont ​​fait toute la différence. «J'ai eu d'excellents entraîneurs dans Steve LeBlanc et le Dr Earl Church. Entre les deux, la grande quantité de connaissances est incroyable. "

 

 

 

Un entraîneur expérimenté , le Dr Church a apporté son approche pratique de l'entrainement Chris. "Imaginez enseigner à un aveugle comment lancer un coup de feu. Vous ne pouvez pas le démontrer pour eux. Vous leur apprendre en guidant leur corps, en guidant les mouvements.

 

 

 

"Quand Earl est entré dans le cercle avec moi, il attrapait mes membres et me retenait, en corrigeant physiquement ma technique. Quand il a fait cela, tout dans mon corps a simplement cliqué. "

 

 

 

«Je lui suis énormément reconnaissant. Il a été un mentor énorme, et me motive à devenir un entraîneur un jour aussi. "

 

 

 

La qualification pour les Jeux Mondiaux de la Francophonie était sur l'esprit de Chris tout l'été. Une petite rencontre à Moncton a fourni la grande opportunité. Le jour était nuageux et chaud. Quelques décathlètes locaux ont concouru, mais quelques espoirs olympiques qui poursuivaient la norme de dernière minute ont chuté de l'Ontario pour approfondir le champ.

 

 

 

"C'était une rencontre incroyable. Des conditions parfaites. Les athlètes locaux et les stars nationales. Run Jump Throw Wheel enfants assis sur le bord de la piste, en regardant de côté.

 

 

 

Comme toujours, les dix événements du décathlon ont duré deux jours éprouvants. Pour un sens de l'énormité de l'événement, considérez l'équipement requis pour concurrencer. "J'ai un sac entier consacré aux chaussures", dit Chris. "Dix paires de pointes. Il y a vingt chaussures. "

 

 

 

"Lorsque vous arrivez à la fin de deux longues journées de compétition, la course à un événement final, 1500, est une torture absolue. Les décathlètes ne sont pas des spécialistes de la distance: nous sommes principalement des gars de vitesse et de puissance, et nous ne sommes pas habitués à ce genre d'événement aérobie. Il faut beaucoup de courage pour se lancer dans la ligne et passer par là. "

 

 

 

"Normalement, je pense à moi-même" ne pas être sous votre propre peau - ça va aspirer, mais il suffit de passer à travers cela, il suffit de passer à travers cela. "Cette fois-ci, cependant, j'étais très, très

motivé. Je savais qu'il fallait un temps précis, une quantité spécifique de points, parce qu'il y avait quelque chose de grand que je voulais accomplir. "

 

 

 

Le jour, Chris s'est penché sur la ligne de démarcation avec un plan concret à l'esprit, y compris des divisions spécifiques. James Turner, un meilleur décathlateur national, s'est aligné à côté de lui, et a donné son meilleur , Chris savait qu'il pouvait utiliser la compétition pour s'emparer.

 

 

 

"Je n'étais pas nerveux, je suis entré. Je savais que je ne ferais pas la même erreur qu'auparavant. Je ne voudrais pas me laisser abandonner et quitter. "

 

 

 

Cependant, James a commencé lentement et, au début, Chris l'a dépassé. "C'était contre mon habitude, mais en tant qu’athletes de non-endurance, je devais sortir fort et disparaître du front, pour ainsi dire, si je voulais courir le plus vite". Chris s'est concentré sur le rythme et a mené le deuxième tour. Bientôt, ses jambes pesaient comme du béton, et la douleur l'agissait. James l'a dépassé à 600 m pour aller, et à partir de là, Chris s'est concentré sur ne pas laisser l'écart grandir trop. «Je me suis rappelé comment, au junior, je n'ai pas essayé assez fort, comment je n'ai pas fait l'équipe canadienne.» Il s'est abaissé et a donné le dernier tour tout ce qu'il avait.

 

 

 

Il a franchi la ligne d'arrivée et savait depuis l'horloge qu'il avait éclipsé le temps nécessaire.

 

Immédiatement, il s'est effondré dans une flaque d'eau, roulant avec un gros sourire géant sur son visage.

 

 

 

"J'étais complètement épuisé. Mais c'était le plus grand sentiment. "

 

 

 

"La beauté du décathlon est que vous devez équilibrer dix événements différents. Il y a toujours quelque chose à faire, toujours un nouvel objectif à prévoir, toujours de nouvelles choses à améliorer. Je ne sais pas si je serais capable de pousser correctement avec mes jambes dans le lancer du poid, et je ne sais pas si je serais capable de me détendre complètement pendant les 100 m. "Mais, une chose est claire, Chris Robertson sait comment ne jamais abandonner.

 

 

 

Après avoir accompli son objectif de compétition aux Jeux Mondiaux de la Francophonie de 2017, Chris prévoit de continuer à rivaliser autant que possible. "Que le maintien ou non d'un décathlon dépend des ressources et de l'engagement envers l'école".

 

 

 

Maintenant, Chris étudie à l'Académie canadienne d'ostéopathie, poursuivant un diplôme de maîtrise en pratique dans les sciences de la manipulation de l'ostéopathie. Le programme impliqué s'étend sur quatre ans. "Osteo est basé sur la capacité du corps à guérir lui-même, sur le concept que, si quelqu'un peut maintenir la structure appropriée, ils peuvent maintenir une bonne santé. Le choix de carrière est définitivement inspiré par mon expérience dans le sport, et les choses que mes entraîneurs m'ont appris sur les possibilités du corps humain ".

 

 

 

Comme toujours, Chris poursuivra le nouveau but avec dévouement et passion. "Je crois vraiment [[ostéopathie] conceptuellement. Et j'attend une carrière où je peux aider les gens dans leur corps. "

 

 

 

"Mais, j'adore le sport, et je vais avoir l'angoisse sans formation et en compétition. Je serai toujours en train de hurler, de jeter et de sauter, toutes les chances que j'ai.

 

 

 

Pour suivre le voyage de Chris, accédez à ANB.ca ou vérifiez le suivre sur Facebook.

2017-08-16 - Prix de Mérite d'Athlétisme Nouveau-Brunswick 2016: Nomination ouverte
2017-08-16 - Lalonde 13e - abaisse son propre record national!
2017-08-15 - Athlètes Vétérans du NB se démarquent
2017-08-14 - Strong Performances from Team NB at Legions
2017-08-10 - Équipe NB est en route pour le Championnat de la Légion Royale Canadienne

 News by Month
August 2017 July 2017 June 2017
May 2017 April 2017 March 2017
February 2017 January 2017 December 2016
November 2016 October 2016 September 2016
August 2016 July 2016 June 2016
May 2016 April 2016 March 2016
February 2016 January 2016 December 2015
November 2015 October 2015 September 2015
August 2015 July 2015 June 2015
May 2015 April 2015 March 2015
February 2015 January 2015 December 2014
November 2014 October 2014 September 2014
August 2014 July 2014 June 2014
May 2014 April 2014 March 2014
February 2014 January 2014 December 2013
November 2013 October 2013 September 2013
August 2013 July 2013 June 2013
May 2013 April 2013 March 2013
February 2013 January 2013 December 2012
November 2012 October 2012 September 2012
August 2012 July 2012 June 2012
May 2012 April 2012 March 2012
February 2012 January 2012 December 2011
November 2011 October 2011 September 2011
August 2011 July 2011 June 2011
May 2011 April 2011 March 2011
February 2011 January 2011 December 2010
November 2010 October 2010 September 2010
August 2010 July 2010 June 2010
May 2010 April 2010 March 2010
February 2010 January 2010 December 2009
November 2009 October 2009 September 2009
August 2009 July 2009 June 2009
May 2009 April 2009 March 2009
February 2009 January 2009 December 2008
October 2008 August 2008 July 2008
June 2008 May 2008 April 2008
March 2008 February 2008 January 2008
December 2007 November 2007 October 2007
August 2007 July 2007 June 2007
May 2007 April 2007 March 2007
February 2007 January 2007 December 2006
November 2006 October 2006 August 2006
July 2006 June 2006 May 2006
April 2006 March 2006 February 2006
January 2006 December 2005 November 2005
October 2005 September 2005 August 2005
July 2005 June 2005 May 2005
March 2005 February 2005 January 2005